Exposition chronique aux pesticides : La perméthrine

Rédigé le 25/02/2021
contact


Les produits « biocides » sont des pesticides dont l’usage est autorisé pour le grand public.

Les biocides sont présents dans de nombreux biens et produits de consommation courante. Le consommateur n’est pas forcément au courant de leur présence dans les objets qu’il achète : literie, bois, mobilier, sols, tapis, …

Ils peuvent également être utilisés intentionnellement comme des insecticides pour lutter contre les moustiques, les blattes ou comme fongicides pour lutter contre les moisissures.

Dans la catégorie des biocides, sont également inclus des produits d’usages professionnels et utilisés pour lutter contre différents types de nuisible.

La perméthrine est interdite officiellement depuis 2003 au sein de l’Union Européenne pour des usages agricoles mais reste autorisée pour des usages biocides.
Elle n’est pas particulièrement persistante avec une durée de demi-vie de l’ordre de 40 jours, la perméthrine à laquelle nous sommes exposés aujourd’hui ne provient pas d’un usage agricole.

Qu’est-ce que la perméthrine ?

La perméthrine (CAS 52645-53-1) est un insecticide de synthèse de la famille des pyréthrinoïdes dont la structure chimique est basée sur les molécules naturelles de la famille des pyréthrines qui sont produites par les plantes de la famille des chrysanthèmes comme le pyrèthre de Dalmatie.

Quels produits contiennent de la perméthrine ?

La perméthrine est un biocide très utilisé et elle peut être présente dans :

  • Des traitements vétérinaires comme les antipuces / anti-tiques (pipette ou collier) pour les chiens. Attention la perméthrine est très toxique et parfois mortelle pour les chats !
  • Des traitements préventifs du bois contre les insectes xylophages.
  • Des traitements des literies, par exemple des housses de matelas (antiacariens), des oreillers, des moustiquaires…
  • Des traitements contre les moustiques (diffuseur, spirale, spray) ou les blattes.

« La perméthrine est présente dans les poussières d’un grand nombre de logement et nous y sommes quotidiennement exposés »

Des analyses réalisées par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI) sur des poussières domestiques en France montrent que la perméthrine est présente dans tous les logements étudiés. Ces résultats ont été confirmés par d’autres études.

Comment mesurer son exposition à la perméthrine ?

Seule une analyse en laboratoire d’un prélèvement biologique permet d’évaluer son exposition personnelle à la perméthrine.

L’analyse d’une mèche de cheveux fournira des informations sur l’exposition à ce polluant sur une période de plusieurs mois.

Quelle est l’exposition de la population à cet insecticide ?

Au niveau Européen, une étude portant sur 6 pays (Belgique, France, Pays de Galles, Italie, Danemark et Allemagne) montre que 19% des échantillons de cheveux analysés présentent des traces de perméthrine.
Ce taux montait à 36% pour les échantillons de cheveux provenant de France et 25% pour ceux de l’Italie.


« La perméthrine est l’un des principaux insecticides auxquels l’Homme est exposé »

Une étude récente réalisée en France est plus alarmante avec 87% des échantillons de cheveux des enfants français qui contiennent des traces de perméthrine.

Cette exposition est internationale et touche également la Chine avec des taux de présence chez les femmes de 61% dans la région de Dalian et de 89% dans la région de Baoding.

Quels sont les effets de l’exposition à la perméthrine sur l’Homme ?

La perméthrine est aujourd’hui considérée comme modérément toxique pour une exposition aigüe et la dose journalière admissible a été fixée à 0,05 mg par jour et par kg de masse corporelle.

La base de données sur les pesticides de l’Université de Hertfordshire indique que la perméthrine présente un caractère neurotoxique, qu’elle peut avoir des effets sur le développement et la reproduction et des effets perturbateurs endocriniens sur les hormones estrogènes et qu’il est probablement cancérigène.

Aucune évaluation par l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer (IARC) de l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) n’a été publiée sur la perméthrine permettant de confirmer le caractère cancérigène de cette substance chimique.

Il est donc recommandé aux femmes enceintes et aux enfants de limiter au maximum leur exposition à ce perturbateur endocrinien.

Mesurer son exposition à la perméthrine par une analyse de cheveux est le moyen le plus simple pour évaluer son exposition, prendre conscience de sa situation personnelle et agir pour limiter les risques pour sa santé et celle de ses proches.


Screening Organique Cheveux

L'analyse de cheveux en laboratoire permet de mesurer l'exposition aux polluants organiques. Commander votre Test